Né d’un consortium entre le Cameroun et la Chine à travers les entreprises Camtel et China Unicom le 12 août 2016, le projet de construction d’un le câble sous-marin entre le Cameroun et le Brésil passe à sa phase de matérialisation. Le démarrage des travaux du projet South Atlantic Inter Link (SAIL) est prévu pour le mois d’octobre 2016.

 

Un contexte : Quelles infrastructures pour acheminer le trafic international ?

Au 1er août 2016, pour permettre ses échanges avec l’extérieur, le Cameroun dispose, en dehors de l’accès satellitaire et du réseau backbone national pour les pays frontaliers, de trois câbles sous-marins qui sont :

  • SAT-3/WASC/SAFE, le plus ancien, mis en service en avril 2002, dont le point d’atterrissement est à Douala ;
  • WASC, mis en service en juillet 2015, dont le point d’atterrissement est à Limbé (Batoké) ;
  • NCSCS, mis en service en janvier 2016, dont le point d’atterrissement est à Kribi.

 

Des objectifs : Pourquoi ?

Afin d’accroître les capacités à l’international, améliorer la sécurisation des voies d’accès des services de télécommunications internationales du Cameroun et des pays de la sous-région Afrique Centrale, mais également de consacrer la souveraineté numérique de notre pays, il a été décidé de construire et mettre en exploitation un nouveau câble sous-marin entre le Cameroun et le Brésil.

Ce projet qui consolidera le statut politique et économique du Cameroun dans la sous-région Afrique Centrale et au-delà, assurera également la sécurisation de la desserte à l’international à travers la création de cette nouvelle route transocéanique.

Un process :

  • Quels partenaires ?

Suite à un prêt obtenu par l’Etat du Cameroun auprès d’Eximbank China, la Cameroon Telecommunications (CAMTEL) envisage de conduire les travaux de pose d’un câble sous-marin à fibre optique entre la ville de Kribi (Cameroun) et celle de Fortaleza (Brésil).

Pour ce faire, CAMTEL s’est associée à China United Telecommunications Corporation (China Unicom) un opérateur des télécommunications chinois. Ces deux partenaires au projet ont convenu de bâtir le South Atlantic Inter Link (SAIL) qui sera le premier système de câble sous-marin à fibre optique à connecter directement l’Afrique et l’Amérique du Sud. La réalisation a été confiée à Huawei Technologies.

 

  • Comment se fera le raccordement ?

SAIL est prévu d’entrer en service au quatrième trimestre de l’année 2018. Il va connecter Kribi au Cameroun à Fortaleza au Brésil directement, soit un linéaire voisin de 6 000 kms à travers l’Océan Atlantique, permettant ainsi des transmissions de données de grande capacité et à grande vitesse entre les deux continents.

SAIL utilisera les dernières technologies optiques pour fournir un système des plus avancés dans le domaine des télécommunications sous-marines. Dans sa conception initiale, il aura une capacité de 32 Tbps (100 Gbps x 80 longueurs d’onde x 4 paires de fibre).

De Fortaleza, SAIL pourra être interconnecté à d’autres systèmes de câbles, avec des prolongements éventuellement jusqu’aux Etats Unis. De même qu’à Kribi, des prolongements d’une part vers le réseau national camerounais et d’autre part vers des pays voisins ou des systèmes de câbles dont les points d’atterrissement sont au Cameroun seront à envisager.

A ce jour, les études initiales de faisabilité, encore désignées Desktop Survey (DTS) ont permis d’identifier les sites de localisation des stations terminales et de dresser un tracé prévisionnel du câble (voir figure 2).

La prochaine phase des travaux, indispensable pour arrêter le tracé définitif du câble, et qui est censée démarrer mi-octobre 2016, consistera à effectuer une campagne de survey, tant en haute mer que près des côtes des deux points d’atterrissement prévus, à savoir Kribi et Fortaleza.

A cet effet, le partenaire technique va affréter un navire océanographique pour effectuer la mission de sondage. Les informations recueillies vont permettre, en fonction de la nature et de la dureté du sol marin, de choisir le tracé définitif, les différents types de câbles à utiliser, et toutes les longueurs nécessaires à la fabrication, de Kribi à Fortaleza.

Suivront alors la fabrication des équipements, puis plus tard, la pose du câble sous-marin et la mise en service effective dudit câble après toutes les vérifications d’usage pour confirmer la réalisation selon les règles de l’art et conformément aux spécifications arrêtées.

 

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!